• Hommage à Albert BADIER

    Notez-le bien : l’hommage à Albert est fixé au samedi 13 novembre 2021, l’après-midi à Saint-Denis-du-Maine.

PFC à Vaiges : Les problèmes arrivent !

CETTE PAGE EST DEDIÉE AUX TÉMOIGNAGES DES HABITANTS À PROXIMITÉ DE L’USINE PFC

Les citoyens, ces empêcheurs de tourner en rond ?

Nos décideurs critiquent souvent la moindre opposition à tout projet. Ils ont tendance à la juger infondée. Au contraire, le comportement de l’entreprise PFC, filiale de LDC, leader européen de la volaille justifie complètement l’action de ces citoyens. Il faut la plus grande vigilance avant. Car lorsque l’usine est là, il ne faut pas compter sur ces décideurs pour trouver des solutions satisfaisantes aux problèmes des victimes. Le cas présent en est la parfaite illustration. Ce n’est pas faute d’avoir alerté les pouvoirs publics et les élus et mis en garde l’entreprise. L’air devient irrespirable du côté de Vaiges et la situation semble durable… Devant la discrétion de l’entreprise, du maire de Vaiges et du président de la communauté de communes, les riverains ont décidé de se battre. Cette page, c’est la leur. Personne ne les écoute et la FE 53 dont la défense des riverains est un de ses principaux chevaux de bataille a décidé de leur donner la parole, via l’Association de la sauvegarde de la vallée de la Vaige et de l’Ouette, l’association  locale adhérente présidée par Stéphane LALFOND.

————————————————————————————————————————————————–

Allons-nous rester les bras croisés ?

Par Bertrand BOUFLET, membre de l’Association de la sauvegarde de la vallée de la Vaige et de l’Ouette (présidée par Stéphane LALFOND.

12 juillet 2021

Bonjour à tous,

Nous envisageons une réunion publique dès la rentrée de septembre. Il s’agit d’inviter le public avec l’accord des maires de Soulgé-sur-Ouette, de Vaiges et de St Georges-le-Fléchard afin d’informer la population locale sur ce dossier ODEURS. À cette occasion, un document Cerfa 1157*02 sera transmis à qui veut témoigner.

Que se passe-t-il aujourd’hui ?

Non aux odeurs, non aux nuisances de l’usine PFC. C’est à vomir !

Depuis plusieurs mois, l’entreprise PFC installée sur la commune de Vaiges, a commencé sa production de farines animales.
Petit rappel : ces farines sont fabriquées par déshydratation de déchets de l’industrie de la volaille (sang, carcasses, viscères, plumes…) en provenance principalement du groupe LDC.

Les habitants des secteurs de Vaiges, de St Georges-le-Fléchard et de Soulgé-sur-Ouette notamment, sont directement impactés par l’usine PFC dans un rayon pouvant aller jusqu’à plus de 5 km autour du site de production. Ces secteurs connaissent de fortes nuisances olfactives depuis les premiers essais au mois d’avril et cela ne s’est plus s’arrêté depuis. Même les dimanches, jour où cette usine est censée être en nettoyage et donc à l’arrêt !

Selon la distance et la direction des vents, des odeurs nauséabondes fortes à très fortes d’œufs pourris, de poubelles oubliéesd’ammoniac et de charognes en décomposition… empestent l’air ambiant. Ces odeurs sont changeantes et toujours très désagréables, quels que soient le jour et le sens du vent. C’est à vomir !

Ces odeurs pénètrent affreusement dans nos campagnes, dans nos jardins et sur nos terrasses, envahissent les moindres recoins de nos habitats, imprègnent nos vêtements et nos tissus… Cela modifie totalement notre rapport à la nature. Plus possible de faire un petit déjeuner dans son jardin ou sur sa terrasse, plus de déjeuner ou dîner en extérieur ! Plus de barbecue, plus de jardinage, plus de sieste sous un arbre, plus de balade à la campagne… L’odeur puante et pestilentielle vous assaille à tout moment et par surprise ! C’est à vomir !

Depuis de nombreuses années, nous avons dû nous adapter à la proximité de l’autoroute, de la nationale et de la LGV. Comme nous aimons vivre à la campagne, nous assumons tous les aspects du monde rural : l’épandage des lisiers, le bruit des tracteurs, les petites routes pleines de boue, le chant du coq, les aboiements des chiens, le barbecue de nos voisins…

Mais nous ne tolérerons pas plus longtemps les pratiques de l’industriel PFC et ces odeurs putrides. C’est une horreur !  C’est à vomir !

Et au-delà des odeurs, que contiennent ces fumées ?

Et que respirons-nous ?

Nous, habitants, associations et entreprises du secteur, sommes fermement opposés à ce que l’usine PFC nous prive de notre droit à vivre en extérieur dans un environnement sain et sans odeurs, qu’il soit public ou privé.

Nous sommes dans l’inquiétude quotidienne car cette usine tourne 24 h/24 h et 6/7 jours.

Nous sommes sur nos gardes et notre esprit est attentif à ce qui peut advenir dans notre journée.

Nous sommes sur le qui-vive pour nous enfermer selon que les vents nous soient favorables ou pas.

Nous sommes dans le dégoût d’avoir nos narines submergées par ces odeurs quand cela arrive.

C’est intolérable.

Malgré nos appels répétés auprès des maires et des responsables locaux, cela dure encore. Et pour le moment, la direction de PFC ne donne aucune réponse à nos questionnements sur ce sujet des odeurs.

À ce jour, aucune réaction de la Préfecture de la Mayenne, ni de la direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

Mais les plaintes verbales s’accumulent… et il faut continuer à se plaindre. C’est insupportable qu’une usine  « en-fume » plus de 3 000 personnes. Il ne faut pas que cela dure plus longtemps.

Combattre cette usine est un devoir citoyen. Elle pollue l’air que nous respirons, détruit le cadre de vie et favorise les rancœurs des habitants.

Et c’est certainement sans compter sur les futurs épandages des eaux et des boues quand elles arriveront sur les terres agricoles du secteur. Qu’en sera-t-il des odeurs nouvelles ?

Citoyens, rassemblez-vous pour défendre vos droits. L’association qui a combattu l’installation de cette usine dès le début du projet est à votre disposition. Elle a informé la population locale dès 2018. Il se trouve qu’elle avait raison. Maintenant, il faut agir pour préserver ce qui peut l’être.

L’association recevra vos plaintes par écrit afin de faire bouger aussi bien les autorités locales que nationales pour faire respecter la loi n° 2021-85 du 29 janvier 2021 visant à définir et protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises. À cette fin, nous tenons à votre disposition un formulaire officiel.

Rejoignez-nous :

Nous avons besoin de vos témoignages sur les nuisances que vous rencontrez au quotidien chez vous, au travail et dans votre commune. Toutes les personnes touchées par ces nuisances peuvent se manifester auprès de l’association. Elle tient à votre disposition toute information sur le dossier PFC.

Adressez-vous à :

Association de sauvegarde de la vallée de la Vaige et de l’Ouette.

Chez M. Stéphane LALFOND. « Launay » Route de la Launay.  53210 SOULGÉ-SUR-OUETTE.

Tel : 02.43.01.78.09

E-mail à : assovaigesouette@gmail.com 

Vous pouvez également prendre contact auprès de la Fédération pour l’Environnement 53 (FE53) par e-mail : fe53@laposte.net

Une page de son site est dédiée à notre problème : PFC à Vaiges : Les problèmes arrivent !
(http://fe53.ovh/)

Ps : info parue dans SUD OUEST (2017) au sujet d’une usine similaire à PFC :

Les odeurs de l’usine voisine leur font vivre un enfer

————————————————————————————————————————————————-

Lire aussi les deux articles publiés par la Fédération :
À VAIGES, PFC A PROFITÉ DU CONFINEMENT POUR COMMENCER LES TRAVAUX, FE 53 A DÉPOSÉ UN RECOURS AUPRÈS DU PRÉFET.

PFC A VAIGES : L’EXEMPLE DE CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE !

Voir aussi l’article de Jean-Marc LALLOZ paru dans Leglob-Journal (30 juin 2020) :

Transition écologique en Mayenne – une occasion… manquée ! – Par Jean Marc Lalloz

 

Les commentaires sont fermés.